CR MANIF 25/2 Contre le FN et Tous les fachos

Publié le 5 Mars 2017

Samedi 25 février 2017 a eu lieu à Nantes une grande manifestation, avec plusieurs milliers de personnes, contre la venue de Marine Lepen le lendemain au Zénith. Il y a cinq ans le FN s'était vu refuser cette salle. Celle-ci a également été refusée à Dieudonné. Mais la mairie actuelle a choisi d'accueillir l'extrême droite dans sa ville (sans doute pour diviser la droite et forcer les gens à se réfugier dans les urnes) : Soral, Zemmour, Obertone, Camus, Le Gallou, Lepen, toute une galerie de fachos parade dans les salles de Nantes en tout sérénité.

L'argument commun au FN et au PS c'est celui de la liberté d'expression démocratique. Les fascistes ce serait l'extrême gauche, et non le gouvernement qui réprime et flique à tout va depuis des années, ni le FN qui depuis 1972 fédère toutes les tendances de l'extrême droite. Pour eux se battre contre les ennemis de la liberté, défendre cette liberté contre ceux qui veulent la détruire, c'est être fasciste. Pure sophistique ! L'adjoint au maire de Nantes prétend qu'on doit combattre le FN autrement, par les idées. Amusant, lorsqu'on voit qu'en fait tous les partis s'inspirent des idées du FN ! Au lieu de le combattre, ils le laissent proliférer pour sauver le système électoral qui sans ça n'aurait plus lieu d'être.

Des milliers de personnes donc ont défilé calmement, entourées par 700 flics menaçants et rapidement agressifs. Mais après des mois d'agressions policières dans les manifestations, à coup de gaz, de grenades, de flash-ball, de tonfa et de canons à eau, de nombreuses personnes ont fait le choix de se défendre et de répliquer aux provocations policières avec les moyens du bord et de tenir la distance avec cailloux et pétards. On a pu voir encore des personnes âgées et des enfants dans des poussettes suffoquer dans les gaz tandis qu'un cordon de CRS les empêchait de s'enfuir en bas de la rue de Strasbourg. On a pu voir aussi la BAC balancer des gaz et des grenades sur la foule du haut du cour Saint Pierre. La BAC, très en forme, a tenté de voler un char du cortège. Quand quelqu'un leur cri "vous êtes des fascistes", l'un deux répond "oui" (lors de la manif contre le GUD, un Baceux avait aussi dit "on est d’extrême droite"). Ce n'est pas un secret, plus de la moitié de la police vote facho. La police met donc un zèle particulier à s'attaquer aux manifs antifascistes. En tout cas, un grand merci à celle et ceux qui ont su tenir tête à la police pour éviter un trop grand nombre de blessés et d'arrestations.

En ce qui concerne la casse, qualifiée de "violence" par les médias, il ne s'agit une fois de plus de rien d'autres que de peinture et de verre brisé. Pour la bourgeoisie, égratigner le temple de la consommation c'est hérésie. Pour nous c'est juste la forme normale d'une manifestation qui se doit d'être un peu plus visible et bruyante qu'une promenade en famille. Chaque semaine il y a de ces manifestations bien sages qu'affectionnent les élus. Mais vous n'en entendrez pas parler, à moins de fouiner dans les marges des journaux régionaux. Un grand merci donc à ceux qui inventent les slogans qui redonnent un peu d'humanité à ce centre ville avant tout conçu pour les touristes friqués. On nous accuse de faire dépenser l'argent public pour réparer. Mais on a rien demandé. Cessez plutôt de détruire nos œuvres. L'argent public il part surtout dans l'armement de la police, dans les grands projets inutiles, les aéroports de luxes, les arbres aux hérons, les flaques d'eau éclairées, dans les poches des élus, des patrons. Non, ce ne sont pas quelques coups de karcher et quelques vitres neuves qui causent la ruine du peuple.

On nous accuse, et ce avant même la manifestation, de faire le jeu du FN. Toujours le même argument paresseux. Depuis quand l'inaction a-t-elle plus de chance de fournir des résultats que l'action ? Depuis quand lutte-t-on contre le fascisme en lui déroulant le tapis rouge ? Lepen de toute façon exploite tout : l'agitation lui donne raison. Mais le calme n'aurait-il pas montré par ailleurs que le FN est un parti honorable ? Le plus ironique est que ceux qui prétendent que nous faisons le jeu du FN sont les premiers à le faire : les journalistes et leur recherche du sensationnel, leur rhétorique raciste plus ou moins consciente et leur mépris de classe, ainsi que les élus des partis qui pillent et banalisent les idées des fafs.

Ce qu'ils ne disent pas c'est que cette manif montre à tout le monde que le gouvernement a abandonné sa population face aux fascistes, qu'il a retourné contre elle sa police. Non, tout le monde n'avale pas la petite leçon de morale des médias et du pouvoir. Les gens savent, dans les villes et dans les quartiers, que la police est dangereuse et que les idées fascistes sont en train de ruiner nos sociétés pour maintenir artificiellement un capitalisme à l'agonie. Et ils voient en même temps qu'il est possible de se défendre.

Alors qui sont les responsables ? Les casseurs ? Les organisateurs ? Ou le FN avec la complicité des élus et de leur police ? Le responsable, c'est la municipalité qui humilie ses sujets en tendant les bras à l’extrême droite et dénigrant le peuple qui le combat. Si nous descendons dans la rue et y risquons notre peau, ce n'est pas par plaisir mais par nécessité, pour sauver ce qui peut l'être. Comme les ouvriers qui sabotent leurs outils, nous sabotons et saboterons la ville tant qu'elle nous sera confisquée par les fachos, les policiers et les businessmans. Nous nous défendons pour survivre.